Temple - Maison des associations

Unique dans le Sundgau, la présence de ce temple s’explique en grande partie par la position stratégique de Montreux-Vieux suite à l’annexion de l’Alsace au IIème Reich.

Ancien temple de Montreux-VieuxTemple de Montreux-Vieux

La petite gare de Montreux-Vieux, initialement sans intérêt particulier, étant devenue gare-frontière, un développement rapide du village s'ensuivit. Des fonctionnaires en grand nombre (douane, poste, chemin de fer…), essentiellement originaires d'Allemagne et de confession protestante, furent accueillis dans d'importantes habitations, construites rapidement autour de la gare.

A la fin du siècle, la Communauté protestante luthérienne comptait quelques 300 personnes à Montreux-Vieux. Après la consécration de la nouvelle Eglise en 1899, un Temple protestant, auquel fut adjointe une école pour les enfants de même confession, fut érigé en 1903, dans le haut du village. Ce bâtiment de caractère, en forme de T, abritera au rez-de-chaussée l'Oratoire et, perpendiculairement, la salle de classe surmontée au 1er étage du logement de l'instituteur.

L’architecture du bâtiment

La toiture à deux versants est en tuiles mécaniques émaillées, de couleur rouge-brun, provenant de la tuilerie Gilardoni d’Altkirch. Les rives très avancées des trois pignons sont supportées par des consoles et des poutres formant potences en bois. L’ensemble est garni d’une importante zinguerie qui se termine par de grands épis de faîtage à la rencontre des arêtiers et des noues. Un clocheton, deux chiens-assis et une grande cheminée ont été supprimés faute d’entretien ou de moyens pour les restaurer.

Les parements des façades sont caractérisés par un soubassement et des encadrements de baies, dont celles très importantes, cintrées et à deux meneaux de l’Oratoire, en grès ocre foncé du Sundgau. Le même matériau a été mis en œuvre pour le perron d’entrée monumental et l’auvent qui le surmonte.

A l’arrière, une petite sacristie, adossée au pignon sud, recouverte d’une toiture en zinc, reçoit la corde permettant d’actionner une cloche installée en façade sur un portique métallique.

L'oratoire

A l’intérieur, l’Oratoire est une grande salle d’environ 100m² de surface, très haute (5,50m), sous un plafond ouvragé à la française. Il est ceinturé par un lambris mural de style « lombard » passant sous les grandes baies vitrées cintrées à deux meneaux. Le mobilier est composé d’un autel et d’une chaire en bois, de même style que le lambris et de bancs installés en longues travées accessibles par les allées latérales. En écriture gothique est peint au mur derrière l’autel, en allemand, un verset biblique : « Sellig sind die Gottes Wort hören und bewahren », soit : « Bienheureux sont ceux qui entendent et suivent la parole de Dieu ». Un décor de feuillage entoure la lettrine ornée du début de la phrase.

D’importants travaux de rénovation ont été entrepris en 2003-2004 grâce à un co-financement de l’Union européenne (FEDER), du Conseil Général du Haut-Rhin et de la Commune de Montreux-Vieux. La maison des associations a été inaugurée par Monsieur Charles BUTTNER, Président du Conseil Général du Haut-Rhin, le 18 juin 2004.

Aujourd’hui propriété de la commune, le Temple est devenu la Maison des associations. L’Oratoire rénové est utilisé pour des manifestations culturelles, les cultes protestants… tandis que l’ancienne salle de classe abrite un espace multimédia.
Le 1er étage du bâtiment a été aménagé en bureaux mis à disposition des associations.


Réalisations artistiques

Triptyque d'Albert GEISS

Triptyque d\'Albert Geiss dans l\'église Saint-Alban de Montreux-Vieux

« Ce triptyque évoque l'art dans les trois dimensions que sont la peinture, la littérature et la musique. A chacun de laisser libre cours à ses rêves et d'imaginer alors derrière la toile, le poème qui se lit, se voit, s'entend, offrant ainsi le loisir d'apprécier et d'aimer selon ses émotions propres. » Albert GEISS

Vitraux

Vitraux dans l\'église Saint-Alban de Montreux-Vieux

« Le projet d'orner les fenêtres de l'oratoire de verres colorés ayant été décidé, mon idée première était de faire quelque chose de peu coloré avec des teintes claires et surtout d'esprit contemporain. Les trois éléments de l'eau, du feu et de l'air pouvaient correspondre à trois symboles de la religion protestante : le baptême, la confirmation et la vie éternelle. Chaque teinte utilisée représente un détail du tableau, chaque contraste a été travaillé pour apporter une explication à la démarche artistique et à l'invitation qui est faite au visiteur de la comprendre. J'ai pris beaucoup de plaisir à la réalisation de ces vitraux. ». Patrick JAEGY

Céramique réalisée par Pierre GESSIER en 2004, Artiste-peintre de renom originaire de Hagenbach.